Après des études aux Arts Décoratifs, Catherine Théry s’oriente vers la publicité où elle suit un brillant parcours de Directrice Artistique. Elle se consacre aujourd’hui exclusivement aux arts plastiques et à la photographie.
Ses photos ont en commun le goût de l’artiste pour les concepts forts, la lumière et les couleurs.
Dans ses dernières séries l’artiste s’empare de la poupée Barbie, la mettant en scène dans des photos qui revisitent et rendent hommage à des grands classiques de l’histoire de l’art des IXe, XXe et XXIe siècles. Au delà des images à l’esthétique très recherchée, en choisissant l’icône Barbie comme égérie de son expression artistique, Catherine Théry interroge non seulement le rôle et la place de la femme dans notre société mais soulève aussi nombre de questions autour de la féminité, des rapports hommes-femmes, de la religion, de la violence faite aux femmes. Par un inattendu retournement des choses, la poupée honnie par les féministes des années 60 devient un porte-parole des combats féminins de notre époque.
Le choix de la réalisation résulte du chemin artistique de Catherine Théry qui a exploré de multiples domaines, celui de la publicité, du dessin, de la peinture et enfin celui de la photo. L’artiste réalise les décors dans lesquels Barbie prendra place. Le choix de peindre sur Barbie et Ken des vêtements, ou de donner une couleur à leur peaux lorsque c’est le cas, vient de la volonté de l’artiste de les habiller tout en les laissant nus. Là commence la dualité qui ne quittera plus l’oeuvre.

A la suite de l’étape photographique les images sont retravaillées afin de donner aux oeuvres finitions et personnalité uniques.

Ces oeuvres font l’objet d’un intérêt international et plusieurs de celles-ci se trouvent dans des collections privées en Europe et aux Etats Unis.